Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

achaisse.over-blog.com

2017 la France des réformes attendues: Etat, Education, Santé,... quelques paragraphes de constat, suivis de quelques paragraphes de réformes. A la fois mémorandum et version de travail, mais toujours rédigé avec le souci de changer ce qui peut l'être, notamment, et avec force, pour la jeunesse. Le livre est édité par Edilivre. Une version électronique est à 1,99€ sur le site de l'éditeur; la version papier est à 9,00€. N'hésitez pas à laisser des commentaires sur ce blog, ou à mécrire à f.achaisse@free.fr

Des religions

On entend souvent parler des débordements des religions sur la sphère publique, et on s'en offusque.

Mais comment se pourrait-il qu'il n'y ait pas de débordements, alors que les religions sont pratiquées pour une part en privé, mais pour une autre part en public ; étant entendu que le public est celui des églises, et des autres lieux de culte ; mais ce peut être aussi celui des patronages, celui qui visite les lieux saints, …. en fait il y a une multitude d'événements que les religions abordent publiquement, et bien sûr il y a de nombreux livres religieux qui circulent publiquement ; mais donc pourquoi et de quoi au juste s'offusque-t-on ?

La raison tient surtout à la confusion établie dans le contexte d'application ; il faut rappeler que si une personne possède une fonction privée (affective, familiale,...) et une fonction publique (sociale, professionnelle,…), elle possède aussi une fonction citoyenne ; malheureusement cette fonction citoyenne qui devrait lui permettre de participer sans intermédiaire à la vie politique du pays a été muselée par le système omniprésent des partis politiques ; cette fonction est en effet uniquement appelée lors des élections traditionnelles (à 99 %) et lors de rares référendums ; on peut donc dire, au regard de la participation de tout un chacun à la vie politique et à la co-gestion de celle-ci, que la fonction citoyenne est réduite à l'état minimum, elle est rabougrie en quelque sorte.

Or si les religions ont un interdit dans notre république laïque, c'est bien celui d'intervenir politiquement , et donc de chercher à s'imposer d'une façon ou d'une autre dans la fonction citoyenne des autres; mais cela n'a clairement pas à voir avec la fonction publique individuelle ; libre à chacun en effet, non seulement d'être influencé par ses propres convictions religieuses – fonction privée, mais comment cela ne serait-il pas ? -, mais aussi d'être influencé par les convictions religieuses des autres personnes qu'il rencontre, notamment, mais pas seulement, lors des manifestations de son culte ; là aussi il serait impossible que cela ne soit pas ; ces convictions religieuses influent d'une façon ou d'une autre sur l'estimation que chacun a de ce qu'il faudrait pour la vie politique du pays  - et ce ne sont bien sûr pas les seules convictions - ainsi, on peut par exemple citer,les actions humanitaires de certaines organisations religieuses, vis à vis des sans abri, des réfugiés,… leurs membres seront évidemment très sensibles aux politiques sociales des candidats à choisir  - et des non membres pourront l'être aussi d'ailleurs.

Mais la fonction citoyenne reste au-dessus de ces influences, car elle porte en elle ses propres limites, limites que chacun a d'ailleurs apprises à l'école et ensuite ; elles sont les réponses aux questions fondamentales suivantes: Quelle est notre République ? Que sont nos institutions ? Qu'appelle-t-on les droits du citoyen ? et ses devoirs ? Pourquoi je vote  à ce référendum ou à cette votation? …

Et la fonction citoyenne de chacun va donc, et doit donc, s'exercer dans ce contexte, et seulement dans ce contexte, même si les sphères d'influence privée et publique existent bel et bien.

Les conséquences de ce réajustement intègrent aussi plus que leur rôle dans le processus électoral ; entre autres, elles permettent de replacer à leur juste niveau les choix vestimentaires des uns et des autres ; en effet qu'importe que ces choix s'illustrent dans les sphères privée ou publique, puisqu'ils n'atteignent pas en droits et en devoirs les fondamentaux de la fonction citoyenne – et on peut dire qu'un pays comme le Canada par exemple, où l'on rencontre des gardes en turban, et des femmes portant un voile non dissimulant le visage à des postes d'information, a bien réussi à comprendre un de tenants important de cette fonction citoyenne .

Et pour conclure en peu de mots, on peut dire que la remise au clair des fonctions individuelles, et notamment de l'indépendance de la fonction citoyenne à l'égard des religions, permet de clore le débat par l'extinction de la confusion sur l'influence de celles-ci dans les choix politiques.


 

Des religions

Partager cet article

Repost 0