Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

achaisse.over-blog.com

2017 la France des réformes attendues: Etat, Education, Santé,... quelques paragraphes de constat, suivis de quelques paragraphes de réformes. A la fois mémorandum et version de travail, mais toujours rédigé avec le souci de changer ce qui peut l'être, notamment, et avec force, pour la jeunesse. Le livre est édité par Edilivre. Une version électronique est à 1,99€ sur le site de l'éditeur; la version papier est à 9,00€. N'hésitez pas à laisser des commentaires sur ce blog, ou à mécrire à f.achaisse@free.fr

Une population incapable de constance

Je lis quelques commentaires remettant sérieusement en doute la capacité des Français d'être constants s'ils avaient le pouvoir de contrôler et de sanctionner leurs élus.

Si ces commentaires viennent de militants dans un parti, donc plutôt partisans de la démocratie intégralement représentative telle quelle est actuellement dans notre pays, alors ces commentaires sont normaux, et personne ne peut en faire grief aux gens qui les prononcent ; toutes les opinions doivent être entendues.

Par contre, si les commentaires viennent de personnes non militantes et qui n'ont pas confiance dans un système de démocratie participative, on peut mettre en avant les arguments contraires suivant :

- dans les communes où un tel système est mis en place, tout se passe bien avec les élus, même s'il y a des points de confrontation – et heureusement qu'il y en a pour améliorer en permanence le système ! - ; le budget de certaines communes est même co-décidé ;

- est-il concevable d'étendre cette co-gestion à des niveaux plus élevés, régional et national ? Avec tout le pragmatisme possible, on peut répondre : bien sûr ! Car ce qui ne sera pas bien adapté, sera modifié au coup par coup ; par exemple dans les 1ers temps on peut s'attendre à beaucoup de réactions épidermiques dans les réponses aux consultations, et il faudra des outils pour en diminuer les effets; par exemple un « revote » dans les 6 mois pourra en être le 1er outil ;

- et puis il faut aussi laisser le temps aux gens d'apprendre à co-décider, à co-gérer, et les choses ne se font pas en un jour dans la prise de conscience individuelle du poids des décisions que chacun doit et va prendre ; mais pas à pas la démocratie participative deviendra plus apaisée au rythme de la meilleure perception dans l'opinion publique que les actions menées correspondent aux choix des citoyens et seulement des citoyens ;

- enfin, il y a un argument de consensus possible pour tous, partisans ou non de la démocratie directe : il restera un système de démocratie représentative, car il faut des représentants pour fabriquer les lois, d'autres pour l'exécutif, et un pouvoir judiciaire (aussi élu, lire « 2017 la France des réformes attendues ») ; mais ces pouvoirs seront en permanence sous le contrôle des citoyens, et non plus par un vote tous les 4 ou 5 ans ; ce qui peut apparaître aux élus comme une sanction, mais qui peut être aussi vu comme un avantage : celui d'avoir à tout moment la confiance des citoyens dans leurs actions.

Il faut rappeler en tout dernier lieu, que cette combinaison des systèmes n'est pas une découverte soudaine : elle existe déjà en Suisse… mais la France, en bonne héritière du siècle des lumières, a largement la capacité de la promouvoir, de la renforcer, de l'étendre.



 

Une population incapable de constance

Partager cet article

Repost 0